1. SYNDROME DU CANAL CARPIEN (CC)

Où se trouve le canal carpien ?

Le CC est une logette située au niveau du poignet délimité par les os de la main (os du carpe) chapotée par une membrane (ligament annulaire du carpe). Cette logette n’est pas extensible et contient un nerf (le nerf médian) qui contrôle la sensibilité et le mouvement du pouce et de l’index. Dans certain cas, ce nerf peut être comprimé et manquer de place. C’est ce que l’on appelle le « syndrome » du canal carpien. Il survient le plus souvent chez les femmes entre 45 et 55 ans.

Quelles causes doivent être recherchées ?

Dans plus de la moitié des cas aucune cause n’est retrouvée. Cependant, il faut systématiquement rechercher certaines maladies qui peuvent être responsables de ce syndrome et essayer de les traiter.

Le nerf médian peut être comprimé en cas d’augmentation de volume du contenu du canal. C’est le cas au cours de la grossesse, à la ménopause, chez les gens obèses ou en cas de déficience de la glande thyroïde (hypothyroïdie). D’autres maladies plus rares doivent aussi être recherchées (polyarthrite rhumatoïde, amylose…).

Des « mini-chocs » répétés au niveau de la main peuvent aussi entraîner ce syndrome qui peut être reconnu en maladie professionnelle (utilisation d’engins vibrants, de marteau piqueur, repassage…).

Enfin, des séquelles de fracture des os de la main doivent aussi être recherchées. 

Lire la suite...

La maladie de Dupuytren - Traiter sans opérer

Qu'est-ce que la maladie de Dupuytren ?

Cette maladie affecte la paume de la main et la face palmaire des doigts. Il s'agit d'un épaississement fibreux anormal (ou fibrose) d'une membrane située sous la peau appelée aponévrose palmaire (Fig.1). Cette fibrose déforme la surface de la paume où se développent des bosses ou nodules (Fig.4), des plis cutanés et des cordes (brides fibreuses) (5,6,7) qui se forment dans les axes des doigts. Les brides peuvent en se rétractant, fléchir progressivement les doigts (Fig.2, 5, 6,7). Ces rétractions en flexion sont irréductibles et peuvent "fixer" les doigts en crochets ou en griffes (8). Elles génèrent, par l'impossibilité progressive d'ouvrir la main et d'étendre certains doigts, des difficultés fonctionnelles qui peuvent être sévères : gêne pour donner une poignée de main, pour écarter les doigts, pour enfiler un gant, pour glisser sa main dans sa poche, pour les gestes de la toilette ou de l'hygiène, pour empaumer un objet ou tenir un manche d’outil, pour taper sur un clavier d’ordinateur et pour utiliser la souris, pour jouer d'un instrument de musique, pour pratiquer certains sports.

Fig.4Fig.4  Fig.5Fig.5  Fig.6Fig.6  Fig.7Fig.7  Fig.8Fig.8

Figures 4-5-6-7-8 : Montrant les déformations de la paume et des doigts. De gauche à droite : gros nodule (4). Cordes palmo-digitales fléchissant l’annulaire (5-6). Cordes fléchissant l’annulaire et l’auriculaire avec fronces et plis cutanés sur la paume et gros nodule sur la première phalange du petit doigt (7). Très importante corde palmo-digitale (8).

Figure 1 – Aponévrose palmaire(1).Figure 1 – Aponévrose palmaire(1).  Figure 2 – Corde saillante sous la peauFigure 2 – Corde saillante sous la peau  Figure 3 – Vue en écorché de la corde fibreuseFigure 3 – Vue en écorché de la corde fibreuse

Fléchissant un doigt située sous la peau dans l'axe d'un doigt.

Lire la suite...

Non Surgical Treatment of Dupuytren’s Contracture (Needle aponeurotomy)

What is Dupuytren’s contracture?

This disease affects the palmar side of the hand. Dupuytren's contracture is the thickening of the middle part of a membrane (palmar aponeurosis) which lies beneath the skin. This thickening leads to the formation of strings and cords which gradually shrink to cause irreducible bending of fingers. Nodules, dimples, folds, and puckering of the skin can also occur. Eventually this disease produces a fixed flexed position of the finger. Deformation leads progressively to inability to extend the affected finger from the flexed position. Patients find it difficult to shake hands, spread their fingers, put their hand in a pocket or put on a glove. They may be unable to grasp the handle of a tool, a tennis racket, or a golf club, type on a computer keyboard, or use a computer mouse. Playing a sport or a musical instrument can also be troublesome.

Palmar aponeurosis (1)Palmar aponeurosis (1)  Palmo-digital cordPalmo-digital cord Cord as seen through the skinCord as seen through the skin

Lire la suite...

Traitement non chirurgical de la maladie de Dupuytren

1. Qu’est ce que la maladie de DUPUYTREN ?

La maladie de Dupuytren est une fibrose rétractile de l’aponévrose palmaire moyenne de la main qui est une membrane située entre les tendons fléchisseurs de la main et la peau. Elle entraîne une flexion progressive et irréductible des doigts.

Le diagnostic de cette maladie est essentiellement basé sur l’examen clinique de votre main.

Le début de la maladie se caractérise par la présence de nodules à l’intérieur de la paume de la main sans rétraction des doigts. Puis progressivement apparaît une bride sous cutanée, longitudinale entraînant une rétraction des doigts. Cette évolution se fait, en général, par poussées.

Il existe plusieurs formes cliniques en fonction de la localisation des brides sur la main et les doigts.

2. Quand doit-on traiter une maladie de Dupuytren ?

Vous pouvez aisément mesurer le degré de votre atteinte en effectuant « le test de la table ». Il consiste à essayer de décoller les doigts du plan de la table sur une main posée à plat. Ce test est positif quand il y a une perte d’extension physiologique. A ce moment là, un traitement est indiqué.

L’importance de la rétraction peut être chiffrée en utilisant la classification de Tubiana. Elle mesure la rétraction globale des doigts qui se cote en quatre stades pour les doigts longs. Le stade 0 correspond au stade nodulaire sans déficit d’extension. Le stade I correspond à une flexion globale entre 0 et 45°, le stade II de 45° à 90°, le stade III de 90° à 135° et le stade IV à une flexion de plus de 135°.

Il existe un traitement médical (aponévrotomie percutanée à l’aiguille) et un traitement chirurgical (aponévrectomie).

Lire la suite...

Traitement de la maladie de ledderhose

1. Qu’est ce que la maladie de LEDDERHOSE ?

La maladie de LEDDERHOSE est une fibrose nodulaire de l’aponévrose plantaire se traduisant par des boules dans le creux du pied.

 La fréquence de la maladie de Ledderhose est difficile à chiffrer et est certainement sous évaluée. Elle fait partie de la diathèse de la maladie de Dupuytren à laquelle elle est associée dans plus de 50% des cas. Contrairement à la main, pour des raisons anatomiques, la fibrose n’entraine jamais de flexion des orteils, mais peut causer des douleurs à la marche, parfois invalidantes.

La prédominance masculine (50 à 70% selon les séries) est moindre. L’âge de début moyen est plus précoce (la bonne quarantaine) et les formes de l’enfant dés 2 ans ne sont pas rares.

 Le plus souvent le patient consulte pour l’apparition progressive d’un à quelques nodules, parfois prurigineux, donnant l’impression d’un corps étranger plus ou moins douloureux à la station debout ou à la marche. La gêne est parfois importante rendant la course impossible et la marche difficile.

A l’examen on retrouve des nodules dans le creux du pied. Il n’y a pas d’adhérence à la peau ni de puits ou d’invaginations cutanées contrairement à la main. Les examens complémentaires (échographies et IRM) sont en règle inutiles

 L’évolution est habituellement lente et souvent bilatérale. Elle peut être spontanément régressive.

Lire la suite...

La maladie de Lapeyronie

1. Qu’est que la maladie de LAPEYRONIE ?

Elle se caractérise par une déformation en coudure de la verge en érection.

Il existe une plaque de fibrose non élastique de l’albuginée (enveloppe sous la peau du pénis) Cela entraine une coudure vers le haut et plus ou moins latéralement en érection. Cette déformation peut entrainer une gêne voir une impossibilité de pénétration.

La fréquence est de 1 à 3 % de la population de l’Europe. Cette affection apparait en général en quelques mois (avec souvent des douleurs) puis reste stable et peut même spontanément régresser.

A l’examen le praticien retrouve à la palpation une plaque le plus souvent dorsale et parfois latérale.

L’échographie associée au Doppler permet de préciser les rapports anatomiques et la vascularisation. L’IRM peut être aussi utile.

L’association avec la maladie de Dupuytren est fréquente (30% des cas)

Lire la suite...

Coussinets dorsaux des phalanges

1. Definition des coussinets dorsaux des phalanges ?

Ils sont l’atteinte dorsale de la maladie de Dupuytren à la main.

La fréquence est importante dans les pays du nord de l’Europe (20à40%). Ils sont rarement gênants mais peuvent, s’ils sont volumineux, entrainer une limitation de la flexion de l’articulation inter phalangienne ou une gêne esthétique.

2. Quel est le principe du traitement des coussinets dorsaux des phalanges?

L’infiltration intra nodulaire d’un dérivé cortisoné donne des résultats remarquables. Les conditions d’asepsie de l’injection sont les mêmes que pour toutes  infiltrations. L’injection se fait en sous cutané au sein du nodule avec une aiguille de 5/10ème de mm montée  sur une seringue de 2 ml. Le corticoïde ne doit pas être un dérivé fluoré, les risques d’atrophie cutanée n’étant pas négligeables. En pratique nous utilisons l’acétate de prednisolone  (Hydrocortancyl®) qui est injecté sous pression dans et autour du nodule. Dans la plupart des cas le geste n’est pas douloureux  et ne nécessite pas d’anesthésie locale. Les complications sont exceptionnelles. Une ou deux injections à deux semaines d’intervalle entrainent une fonte du nodule en une quinzaine de jours après une phase dyschromique dont il faut prévenir le patient.

 Rappelons ici les mauvais résultats de la chirurgie avec cicatrices souvent chéloïde

Cabinet libéral

2 Boulevard Auguste BLANQUI, 75013 PARIS
Metro « Place d’Italie »;  Parking Italie 2
00 33 1 43 37 90 47
English spoken the afternoon (2pm at 6pm)

Afficher "Cabinet libéral" dans Google Map

Contact

Search